Les Nouvelles de l'Estampe n° 123, juillet 1992.

Le contenu quelque peu exceptionnel des deux derniers numéros des Nouvelles de l'Estampe ne nous a pas permis de rendre compte en son temps de TRACE 92, quatrième biennale d'estampe contemporaine qui s'est tenu au FIAP, du 2 au 29 février 1992.

                   Cette année, la manifestation se paraît d'un lustre particulier puisqu'elle comprenait un hommage à S.W. Hayter, représenté par trois eaux-fortes réalisées entre 1958 et 1972 et un burin daté de 1981
                   Participait également au titre d'invité le Conseil québecois de l'Estampe qui avait délégué 12 artistes disposant chacun de 4 œuvres pour défendre son travail.

                    L'association TRACE quand à elle présentait 32 graveurs, certains tout à fait confirmés comme Maya Boisgallays, Pierre Delvincourt, Maud Greder, Brigitte Solberg… D'autres récemment remarqués, comme Jean-Pierre Humbert, premier prix TRACE-IDEMEDIA/CREDOM 1989 ou Jean-Marcel Bertrand et Marc Chostakoff, deuxième prix.

 

Joëlle Serve pour sa part, infatigable animatrice de l'Association TRACE, avait quelque scrupule à parler de son travail personnel. On connaît la belle maîtrise de cette élève de Hayter qui s'exprime à l'eau-forte. Son univers est marqué par l'affrontement, entre rêve et réalité, de l'ombre et de la lumière, sous prétexte de manifestations naturelles qui ne peuvent masquer l'inquiétude intérieure de l'artiste.

 

Retour à la page précédente